Articles lifestyle, voyage, cuisine.
Veggiebulle est une marque Taniwha

Veggiebulle vous invite à découvrir tout un univers vegan, végétarien, gourmand, innovant et surprenant. Nous aimons faire des découvertes et surtout les partager !

Nous recevons en moyenne 16 000 visiteurs par mois et sommes fiers de vous compter toujours plus nombreux. Notre communauté Facebook est extrêmement active et nous sommes heureux de pouvoir échanger, partager et informer.

Partenariat : si vous êtes une marque, un créateur, un prestataire de services… et que vous souhaitez que nous parlions de vous ; si vous désirez nous faire tester des produits ou que vous aimeriez faire de la publicité via notre site, contactez-nous !

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Sujet

    Votre message

    Interview autrice jeunesse : Sandra Le Guen nous parle d’elle

    Interview autrice jeunesse : Sandra Le Guen nous parle d’elle
    24 mars 2021 N.
    In Enfants, Interviews, Livres enfant

    Nous connaissions déjà le travail de Sandra Le Guen, notamment au travers du superbe album Maman a des poux que nous lisons et relisons sans jamais nous en lasser. Mais pour notre plus grand bonheur, l’autrice vient de sortir une petite merveille aux éditions Little Urban : Tortue Express.

    Accompagnée de Maurèen Poignonec aux illustrations, elle nous livre un album très tendre, que nous avons dévoré dès son arrivée. Cette petite “tortue”, qui s’occupe des enfants, va les chercher chaque jour à l’école, à son rythme et leur fait du carrot cake, c’est bien entendu un petit papi plein d’amour. Et elle a beau aller moins vite qu’avant, c’est la meilleure des petites tortues pour ses trois petits enfants.

    Album tout doux, qui est juste parfait avant d’aller dormir, Tortue Express nous rappelle comme il est important d’avoir auprès de soi des personnes aimantes telles que des grands-parents bienveillants. Une bonne dose d’amour que l’on prend et que l’on lit et relira avec bonheur.

    Pour l’acheter, c’est ici !

    Une occasion toute trouvée d’en savoir plus sur Sandra Le Guen. Rencontre.

    Bonjour, pouvez-vous nous dire quelques mots sur vous qui vous définiraient vraiment ? 🙂

    J’ai l’impression qu’en lisant mes livres, il est possible de trouver quelques indices me concernant.

    Comment devient-on autrice jeunesse ? Une passion ? Un hasard ? Un peu des deux

    Je ne crois pas qu’il y ait une recette. Pour ma part, c’est un cocktail mêlant hasard, chance, envie, musicalité, écriture, rencontres et travail aussi…

    Est-ce que vous avez toujours voulu faire ce métier ?

    Non, pas du tout. Je n’y avais pas pensé avant qu’il ne vienne à moi. En point de départ, de nombreuses lectures depuis mon enfance, le maniement de l’écriture informative, de nombreuses lectures et chroniques de livres jeunesse, des rencontres avec des illustrateurs et des éditeurs…

    Quels sont vos projets actuellement ?

    Je travaille souvent sur plusieurs projets en même temps. Mon gros projet du moment reste de cuisiner un carrot cake avec de la crème maison, comme dans Tortue-Express  et de faire pousser de la rhubarbe dans le jardin pour faire une méga tarte !

    Est-ce que vous avez un personnage favori ? Promis, on ne le dira pas aux autres…

    J’aime beaucoup la petite fratrie de Taxi-Baleine et Tortue-Express, Majé, Juno, James et je leur écris une nouvelle histoire. J’ai toujours en tête ma Colette, un personnage présent dans plusieurs de mes albums. Elle a beaucoup d’imagination et un zeste de tempérament. Elle n’est pas attachée à une maison ou à un illustrateur. Une nouvelle troupe vient de voir le jour aussi dans L’ennemi juré illustré par Marie Paruit chez Casterman, trois hérons menés par Mabelle, un personnage féminin plutôt intrépide qui devrait me donner quelques idées pour poursuivre des aventures à plumes.

    Quel serait le plus beau compliment venant d’un enfant ?

    Quand un enfant se reconnait, qu’il réagit, rit ou qu’il perçoit l’optimisme que j’injecte dans certaines de mes histoires qui peuvent parfois avoir un point de départ compliqué – Refuge ou La couleur du vélo par exemple – que ces histoires déclenchent échanges et émotions, cela suffit à remplir mon petit cœur de bonheur !

    Et vous, vos auteurs jeunesse favoris, quels sont-ils ?

    J’ai grandi en lisant Roald Dahl, la Comtesse de Ségur, Astrid Lindgren, ils sont forcément présents dans mes références. Je lis beaucoup de livres jeunesse, j’y suis retournée après mes études de Lettres Modernes avec Rowling ou en encore Paolini, Pullman… des boulevards se sont ouverts à moi. Je fais des allers-retours entre les classiques, les nouvelles parutions, les tranches d’âge, les rencontres, je picore en bibliothèque, j’échange avec mes enfants (collégiens), mes homologues, des copines bibliothécaires, je fais confiance à mes libraires…

    Je ne rate pas mon rendez-vous annuel avec Gilles Bachelet, je suis au taquet quand Yves Grevet et Marie-Aude Murail sortent un roman ado, ou encore Flore Vesco et Clémentine Beauvais. Nous avons en France une chance dingue d’avoir un terroir incroyable d’auteurs et d’illustrateurs de talent. Je croque volontiers leurs mots et leurs images, j’adore aussi lire des albums ! Ma pile à lire déborde. Mon porte-monnaie se troue en librairie beaucoup trop régulièrement.

    Nous avons tous une part d’enfance, quelle est la vôtre ?

    J’écris beaucoup à partir de sensations, d’émotions ou de souvenirs d’enfance, j’imagine qu’une part d’enfance se décèle dans mes histoires, sans mièvrerie, sans naïveté : mon enfance a un goût salé. Ma bibliothèque regorge d’albums et de romans. Cette enfance est en partie dans mes étagères débordantes et pas très bien rangées. Une part d’enfance colorée, émouvante, en mouvement sûrement et peut-être encore à réparer.

    Quand j’écris pour les enfants, même à travers un voyage imaginaire ou poétique, je me souviens quelle enfant j’ai été, une enfant qui avait horreur d’être prise pour une nunuche :  ça reste ma boussole en tant qu’autrice.

    Enfin, ici on adore les animaux, est-ce qu’il y en a chez vous ? Et comment s’appellent-ils ?

    J’ai eu Azzuro et Cassia-Flora, des mâtins napolitains, gris, énormes et affectueux : heureux hasard, la représentation de Crockdur dans les films de Harry Potter. Cassia m’a beaucoup soutenue lors d’une période difficile de ma vie. Elle a aujourd’hui disparu mais j’y suis encore très attachée.

    Je lui rends hommage dans l’album Mon chien est une princesse. Stéphane Nicolet l’a merveilleusement représentée. Aujourd’hui, j’ai deux chattes, 100 % gouttière à poils mi-longs : Marguerite et Christine. Cette dernière squatte mon fauteuil de bureau régulièrement et apparaît de temps en temps sur mon compte Instagram avec le hashtag #Autrucheetsonchat.

    Merci à Sandra Le Guen d’avoir répondu à toutes nos questions et merci pour tous ses ouvrages jeunesse si tendres !

    Comments (0)

    Laisser une réponse

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.