Articles lifestyle, voyage, cuisine.
Veggiebulle est une marque Taniwha

Veggiebulle vous invite à découvrir tout un univers vegan, végétarien, gourmand, innovant et surprenant. Nous aimons faire des découvertes et surtout les partager !

Nous recevons en moyenne 16 000 visiteurs par mois et sommes fiers de vous compter toujours plus nombreux. Notre communauté Facebook est extrêmement active et nous sommes heureux de pouvoir échanger, partager et informer.

Partenariat : si vous êtes une marque, un créateur, un prestataire de services… et que vous souhaitez que nous parlions de vous ; si vous désirez nous faire tester des produits ou que vous aimeriez faire de la publicité via notre site, contactez-nous !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Conférence de presse du 3 mai contre les importations de viande de kangourou

Conférence de presse du 3 mai contre les importations de viande de kangourou
1 mai 2007 N.
In Actions, Pele-mele

LES IMPORTATIONS FRANÇAISES CONTRIBUENT À L’HÉCATOMBE DES KANGOUROUS EN AUSTRALIE

Dans les campagnes reculées d’Australie, des millions de kangourous sont abattus dans des conditions atroces pour finir en chair à saucisses sur les rayons des grandes surfaces françaises.

Une enquête menée sur 18 mois par Animal Liberation (Australie) et d’autres associations de protection des animaux a mis à jour la choquante réalité qui se cache derrière le Plan Kangourous du gouvernement australien. D’importantes sociétés sont montées au créneau et exportent maintenant la viande de kangourou vers des pays tels que la Russie dont les habitants, sans le savoir, consomment de la viande de kangourou depuis maintenant plus d’un an.

Conférence de presse :

Où ? À l’hôtel Mercure au 20, rue Jean Rey à Paris, au 1er étage dans la salle « Eiffel »

Quand ? Le jeudi 3 mai à 11 heures.

Les entreprises australiennes réalisent d’importants bénéfices grâce à la vente d’une viande soi-disant « propre à la consommation humaine ». La viande de kangourou a été pendant des années interdite à la consommation humaine aux Etats-Unis. Elle est refusée d’entrée dans de nombreux supermarchés britanniques, non seulement à cause du traitement cruel infligé aux animaux mais aussi pour des considérations d’ordre sanitaire.

Les carcasses inspectées au cours de l’enquête étaient fréquemment contaminées. Après avoir été tué par balle, le kangourou est éviscéré puis pendu dans des chambres froides, parfois des jours entiers, avant transformation. La majorité des carcasses ne font pas l’objet d’un lavage approfondi, et sont contaminées par des excréments, des bactéries et d’autres pathogènes tels que le colibacille. Les kangourous sont des animaux sauvages susceptibles de contracter des maladies qui peuvent se transmettre à l’être humain en cas de contrôle sanitaire inadéquat. Il a été démontré que certaines maladies contractées par des humains proviennent de la viande de kangourou.

Des représentants de groupes australiens de protection des animaux sont venus jusqu’ici pour dévoiler au grand jour ce massacre brutal et le risque sanitaire qu’il pose pour les humains.

« Nous savons que les Français seront choqués et espérons qu’une fois informés, ils refuseront d’acheter de la viande de kangourou, » a déclaré Mark Pearson de Animal Liberation. « Nous espérons également que les entreprises françaises mettront un terme aux importations de kangourou. »

Toute femelle abattue a un petit à ses côtés et un autre dans sa poche abdominale. Des reportages ont montré que les petits n’ont plus aucune protection une fois que leur mère a été abattue. Souvent, ils sont attaqués par des prédateurs quasiment aussitôt après leur mort. Comme il est illégal de tuer les kangourous pesant moins de 13 kilos, les millions de femelles abattues laissent derrière elles des millions de petits livrés à eux-mêmes. Leur mort ne figure dans aucun rapport.

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.